panier
ETROPIQUE, 1er site de partage d'informations sur Madagascar, lieu de rencontre entre vendeurs et acheteurs du made in Madagascar ( 0 )
28/03/2016      Visites (875)     voter Je note(230)    facebook google+

A Madagascar, des chantiers écoles pour mieux former les jeunes


madagascar-A Madagascar, des chantiers écoles pour mieux former les jeunes Au dernier étage de l’un des bâtiments du ministère de l’emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, les coups de marteaux font résonner les murs. Depuis un mois, vingt-neuf élèves d’un Centre de formation professionnelle (CFP) sont chargés de réhabiliter cette partie vétuste de l’immeuble, situé dans le centre-ville d’Antananarivo.

Au bout d’un couloir, un petit groupe de jeunes se concerte sur la meilleure manière d’installer une porte grillagée. Pascal Rakotonirina, l’un des élèves, a été choisi pour diriger les opérations. En bleu de travail, casque de chantier vissé sur la tête, il prend son rôle à cœur. « J’ai décidé de suivre une formation pour réaliser mon rêve : devenir chef de chantier », lance t-il, du haut de ses 17 ans.

« A travers cette opération de rénovation, les apprentis sont confrontés aux conditions réelles du travail », explique Roger Rabenoelson, leur enseignant, qui endosse ici le rôle de conducteur de travaux. « Les jeunes doivent respecter le délai d’exécution du chantier et fournir un travail de qualité. C’est un excellent exercice ».
Des travaux pratiques trop rares

Les élèves rénovent les locaux du Centre national emploi formation en BTP (CNEF). Ce centre, opérationnel depuis 2014, a été soutenu par un fond de l’Agence française de développement (AFD, partenaire du Monde Afrique), vise à moderniser l’enseignement dans le secteur du bâtiment. Six mille élèves sont scolarisés chaque année dans la filière professionnelle du BTP à Madagascar. Mais ce projet de modernisation ne concernera que 1 000 élèves par an dans les trois prochaines années.

Pour Josoa Ramamonjisoa, le directeur du CNEF, confier la rénovation du lieu à des élèves en formation était une évidence. « L’enseignement professionnel à Madagascar ne prévoit presque pas de travaux pratiques », déplore t-il. Les établissements manquent de moyens financiers. Le secteur public est particulièrement touché. En 2015, seulement 3,5 % du budget consacré à l’éducation était destiné aux établissements professionnels.

A Madagascar, 60 % des 23,8 millions d’habitants ont moins de 25 ans. La question de l’insertion des jeunes dans la vie active est cruciale pour le développement du pays.

« Il y a très peu de machines à disposition des élèves, et lorsqu’il y en a, elles datent des années 1990, précise Josoa Ramamonjisoa. L’apprentissage technique s’en ressent vraiment ». Une fois sur le marché du travail, même avec un diplôme professionnel en poche, les jeunes manquent de compétences auprès des entreprises. Le CNEF veut continuer à développer les chantiers écoles et mettre progressivement en place un système d’alternance, jusque ici inexistant à Madagascar. La rénovation de ses locaux reste pour l’instant une opération pilote, destinée à servir d’exemple auprès des écoles et des entreprises. Nouer des partenariats demande du temps. Et les entreprises sont frileuses à l’idée de bouleverser leurs méthodes de travail. D’autant que le système éducatif est loin d’être uniforme. Le secteur privé regroupe 63 % des élèves en filière technique et professionnelle. Il est composé d’une multitude d’établissements dont les méthodes en matière de formation ne sont pas toujours les mêmes.
Créer des filières adaptées à l’emploi

« Les professeurs, quant à eux, n’ont pas la possibilité de se remettre régulièrement à niveau en fonction de l’évolution du métier qu’ils enseignent. Et ce sont les élèves qui en pâtissent » précise Josoa Ramamonjisoa, qui plaide pour l’instauration d’un dispositif de formation tout au long de la vie.

« Nous sommes en marche vers une révolution douce », déclare Isabelle Rakotozafy, coordinatrice de la mise en œuvre de la Politique nationale d’emploi et de formation professionnelle (PNEFP), officialisée en octobre 2015. Cette politique prévoit toute une série de réformes en faveur de la formation professionnelle. « Des études vont être lancées pour déterminer les besoins réels en main-d’œuvre dans les différents secteurs, poursuit la coordinatrice. Les résultats permettront de créer de nouvelles certifications professionnelles, en adéquation avec le contexte malgache ».

Mais pour le moment, très peu d’élèves suivent des études professionnelles. Près de 30 % des enfants décrochent à l’école primaire. Les jeunes adultes sortis du système scolaire se voient contraints d’apprendre un métier « sur le tas ». Sans qualification, ils s’insèrent bien souvent sur le marché du travail par le biais du secteur informel. Ils occupent donc des postes précaires, parfois sans contrat de travail et sans protection sociale.
« J’ai dû arrêter l’école en CM2 »

Tojoniaina Rakotohasimbola, l’un des élèves qui participe au chantier école du CNEF, est conscient de l’opportunité de suivre des études professionnelles. A 19 ans, il effectue une formation accélérée d’un an au sein du CFP. L’établissement, géré par la congrégation religieuse salésienne de Don Bosco, recrute parmi des jeunes très défavorisés. « J’ai dû arrêter l’école en CM2 car mes parents n’avaient plus les moyens de m’y envoyer », explique-t-il. Pendant des années, il a aidé ses grands-parents à la campagne, avant de vouloir reprendre une scolarité. « Je n’ai pas encore de pistes pour trouver un emploi l’an prochain, mais je suis confiant », dit-il.

Source: LE MONDE


 

COMMENTAIRES


Ajouter un commentaire (Vous avez besoin d'avoir un compte pour participer, c'est un pseudonyme à la volée, de votre choix, qui sera visible, jamais votre email )
Votre nom :
Votre commentaire :





Souhaitez-vous PUBLIER UN ARTICLE SUR ETROPIQUE ? C'est simple et gratuit.


Il suffit d'être inscrit en tant qu'UTILISATEUR sur ce site et soumettre vos articles, opinions, ou tout simplement partager des informations.




A LA UNE

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy?

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy? Maintenant que le président Rajoelina est en place, il va mettre en place l'IEM, son programme, ce sondage est destiné aux internautes pour savoir ce qu'ils en pensent, en répondant à la gnostique suivante: ...

Lire la suite ...


FIL D'ACTUALITES

Sondage : Quel est votre opinion sur la gestion de l’élection présidentielle par NTSAY Christian ?

Sondage : Quel est votre opinion sur la gestion de l’élection présidentielle  par NTSAY Christian ? Ntsay Christian est reconduit par le président Rajoelina à la tête de son gouver ...

Lire la suite ...

Un produit presque Malagasy qu'on trouve massivement, partout dans le monde

Un produit  presque Malagasy qu'on trouve massivement, partout dans le monde Sur la photo qui illustre cette article se trouve des sachets de nouilles, avec des slogans et un mo ...

Lire la suite ...

LOGICIEL GRATUIT DE SONDAGE

LOGICIEL GRATUIT DE SONDAGE Après une expérimentation concluante lors de l'élection présidentielle, nous mettons à la dispo ...

Lire la suite ...

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy?

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy? Maintenant que le président Rajoelina est en place, il va mettre en place l'IEM, son programme, ce ...

Lire la suite ...

Quel défi pour le nouveau président ?

Quel  défi pour le nouveau président ? La HCC a validé ce 08 Janvier 2019 la victoire de Andry RAJOELINA.


Aya ...

Lire la suite ...

Fihavanana (Compromis) , l’hypocrisie qui ronge Madagascar

Fihavanana (Compromis) , l’hypocrisie qui ronge Madagascar Le COMPROMIS, est souvent la solution prisée pour résoudre les problèmes de Madagascar.
...

Lire la suite ...

MERCI COACH

MERCI COACH Au bout de 20 ans sur les bancs d'Yzeure, Nicolas Dupuis fait grimper ce petit club français de la ...

Lire la suite ...

La CENI est définitivement seule, discréditée par l'ensemble des candidats

La CENI est définitivement seule, discréditée par l'ensemble des candidats Retards dans les traitements et les acheminements, fonctionnement incompréhensible, interdiction d ...

Lire la suite ...

JEREMY MOREL parmi les BAREAS

JEREMY MOREL parmi les BAREAS Déjà qualifié pour la CAN 2019, le prochain match des BAREA de Madagascar n'a pas un réel enjeu. ...

Lire la suite ...


CHOIX DES LECTEURS

Madagascar : nouvelle base arrière du terrorisme ? France et Etats-Unis s’inquiètent

Madagascar : nouvelle base arrière du terrorisme ? France et Etats-Unis s’inquiètent En plein océan-indien, loin de l’Europe et des Etats-Unis, ancrée face à l’Afrique de l’Est ...
Lire la suite ...

Antananarivo fahiny, Un bond en arrière pour rêver de l'avenir

Antananarivo fahiny, Un bond en arrière pour rêver de l'avenir Depuis l'indépendance en 1960, Madagascar na cessé de reculer.

Presque toutes l ...
Lire la suite ...

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache Originaire de Madagascar, et habitant Avignon depuis des années, c'est toujours avec un dépaysemen ...
Lire la suite ...

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache (2eme partie)

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache (2eme partie) Avant la clôture de ce festival, et à la demande de beaucoup de personnes, je vous mets ...
Lire la suite ...

Zapping photo web de la semaine du 23/01/2016

Zapping photo web de la semaine du 23/01/2016 Une compilation des photos postées par les internautes durant la semaine.

...
Lire la suite ...

Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses.

Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses. Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses.
< ...
Lire la suite ...