panier
ETROPIQUE, 1er site de partage d'informations sur Madagascar, lieu de rencontre entre vendeurs et acheteurs du made in Madagascar ( 0 )
18/12/2016      Visites (1342)     voter Je note(173)    facebook google+

La forte présence chinoise passe de plus en plus mal


madagascar-La forte présence chinoise passe de plus en plus mal La mine n'avait pas encore ouvert mais la colère de la population était trop forte. Alors, un beau jour d'octobre, les Chinois sont partis sans demander leur reste, ne laissant derrière eux que des tentes vides et quelques mégots couverts d'idéogrammes.

Pendant des mois, la petite ville de Soamahamanina, au centre de l'île de Madagascar, a vécu au rythme des manifestations.

Chaque jeudi, ses habitants sont descendus dans les rues pour dénoncer la société chinoise Jiuxing. Dans leur collimateur, un projet d'exploiter pendant quarante ans un gisement d'or qui aurait, selon eux, ruiné leurs exploitations agricoles. Mais aussi et surtout, la nationalité de ses dirigeants.

Ici comme dans d'autres villes de la Grande île, les Malgaches expriment de plus en plus ouvertement leur hostilité à la présence des Chinois, leurs premiers partenaires commerciaux.

"Madagascar appartient aux Malgaches, pas aux Chinois ou aux autres étrangers", clame sans détour Fenohasina, un étudiant de Soamahamanina. "Quarante ans d'exploitation, ça s'appelle vendre le pays", renchérit Marise-Edine, vendeuse.

Cette animosité a gagné de larges portions de la population. Au point que les cultivateurs qui ont accepté de profiter du pactole offert par les Chinois en échange de leurs terres sont aujourd'hui amèrement pointés du doigt.

"Nos compatriotes nous en veulent et nous accusent de vendre le pays", résume, amère, Perline Razafiarisoa.

"Ce sont les gens de l'extérieur qui incitent ceux d'ici à ne pas aimer les Chinois", déplore lui aussi Chrysostome Rakotondrazafy, contremaître à Jiuxing Mines. "Il y a une manipulation politique derrière tout ça", accuse-t-il.

Balayée par ce vent contestataire, la société chinoise n'a pas eu d'autre choix que de décamper.


- 'Erreurs passées' -



"La société pense qu'on est en droit de rester mais, pour l'apaisement social, on a préféré se retirer", explique sa porte-parole Stella Andriamamonjy. "On espère revenir sur de nouvelles bases, réparer les erreurs passées".

Pas sûr toutefois que Jiuxing Mines y parvienne rapidement. Pour certains habitants, il n'en est même absolument pas question.

"Je voudrais dire à nos plus hauts dirigeants de réfléchir car les grandes puissances de ce monde ne font que nous manipuler et nous tourner les uns contre les autres pour détruire notre pays", prévient l'un d'eux, Marie Rasoloson.

En quelques années, la Chine s'est imposée comme le premier partenaire commercial de Madagascar, où plus de 800 entreprises et 60.000 citoyens chinois sont aujourd'hui installés.

Projets agricoles, routes, hôpitaux, hôtels, industries, l'Empire du Milieu affirme avoir déjà investi sur l'île plus de 740 millions de dollars. A Madagascar, où 90% de la population vit sous le seuil de pauvreté, cette manne a donné un coup de fouet inespéré au développement des infrastructures locales.

Mais, comme ailleurs sur le continent africain, le débarquement en force des Chinois a bouleversé les équilibres économique, écologique et social du pays et provoqué de multiples frictions.

En 2011 déjà, les forces de l'ordre étaient intervenues dans le quartier chinois de la capitale Antananarivo pour éviter une émeute. En cause, les violences d'un commerçant asiatique sur deux de ses employés malgaches.

Trois ans plus tard, des heurts causés par des revendications salariales avaient fait six morts dans une sucrerie "chinoise" à Morondava (ouest). L'ambassade de Chine s'en était ouvertement inquiétée et avait mis en garde les autorités contre la "mauvaise image du pays pour la coopération et l'investissement".


- Concurrence -



"Le problème des Chinois, c'est qu'ils ne connaissent pas les étrangers", résume Rao, un ancien employé d'une entreprise chinoise. "Ils ne connaissent pas les Malgaches: ils restent entre eux, dans la communauté chinoise".

Inquiet de la montée du sentiment anti-chinois, le gouvernement malgache prône l'apaisement, bien décidé à ne pas couper les ponts avec son puissant partenaire.

"Il faut à tout prix éviter de tomber dans la xénophobie", plaide le président du parti au pouvoir, Rivo Rakotovao, "c'est facile à déclencher mais difficile à éteindre".

En inaugurant récemment une route chinoise, le président Hery Rajaonarimampianina s'est lui-même publiquement réjoui de la "main tendue" par Pékin à son pays.

L'ambassadeur de Chine Yang Xiarong a promis en écho de renforcer "la coopération gagnant-gagnant" entre les deux pays.

"Les entreprises chinoises sont bien intégrées dans la communauté locale, le personnel qu'elles emploient est local à 90% et elles ont créé plus de 17.000 emplois", souligne-t-on à l'ambassade. "Elles attachent une grande importance à leur responsabilité sociale".

Frappés de plein fouet par l'âpre concurrence des Chinois, de nombreux Malgaches en doutent.

Artisan-vannier, Daniel Rafanomezantsoa les considère même comme ses fossoyeurs: "Les Chinois offrent les meilleurs prix aux producteurs et achètent beaucoup de quantité. Nous, on ne ramasse que des miettes, au prix fort", se plaint-il. "A ce rythme-là, je ne me vois plus aucun avenir dans ce métier".

Source:AFP


 

COMMENTAIRES


Ajouter un commentaire (Vous avez besoin d'avoir un compte pour participer, c'est un pseudonyme à la volée, de votre choix, qui sera visible, jamais votre email )
Votre nom :
Votre commentaire :


Wax 08/09/2018 00h26
Je souhait que le gouvernement malgache, le president de la republique avec ses entourages cherchent la meilleur solution en profit de son peuple, s'ils aiment vrement Madagascar. Rapelez vous les dirigentes que les malgaches sont "pauvres" mais ne sont pas ignorante! C'est fini ce cycle vicieux de profiteur!!!



Souhaitez-vous PUBLIER UN ARTICLE SUR ETROPIQUE ? C'est simple et gratuit.


Il suffit d'être inscrit en tant qu'UTILISATEUR sur ce site et soumettre vos articles, opinions, ou tout simplement partager des informations.




A LA UNE

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy?

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy? Maintenant que le président Rajoelina est en place, il va mettre en place l'IEM, son programme, ce sondage est destiné aux internautes pour savoir ce qu'ils en pensent, en répondant à la gnostique suivante: ...

Lire la suite ...


FIL D'ACTUALITES

Sondage : Quel est votre opinion sur la gestion de l’élection présidentielle par NTSAY Christian ?

Sondage : Quel est votre opinion sur la gestion de l’élection présidentielle  par NTSAY Christian ? Ntsay Christian est reconduit par le président Rajoelina à la tête de son gouver ...

Lire la suite ...

Un produit presque Malagasy qu'on trouve massivement, partout dans le monde

Un produit  presque Malagasy qu'on trouve massivement, partout dans le monde Sur la photo qui illustre cette article se trouve des sachets de nouilles, avec des slogans et un mo ...

Lire la suite ...

LOGICIEL GRATUIT DE SONDAGE

LOGICIEL GRATUIT DE SONDAGE Après une expérimentation concluante lors de l'élection présidentielle, nous mettons à la dispo ...

Lire la suite ...

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy?

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy? Maintenant que le président Rajoelina est en place, il va mettre en place l'IEM, son programme, ce ...

Lire la suite ...

Quel défi pour le nouveau président ?

Quel  défi pour le nouveau président ? La HCC a validé ce 08 Janvier 2019 la victoire de Andry RAJOELINA.


Aya ...

Lire la suite ...

Fihavanana (Compromis) , l’hypocrisie qui ronge Madagascar

Fihavanana (Compromis) , l’hypocrisie qui ronge Madagascar Le COMPROMIS, est souvent la solution prisée pour résoudre les problèmes de Madagascar.
...

Lire la suite ...

MERCI COACH

MERCI COACH Au bout de 20 ans sur les bancs d'Yzeure, Nicolas Dupuis fait grimper ce petit club français de la ...

Lire la suite ...

La CENI est définitivement seule, discréditée par l'ensemble des candidats

La CENI est définitivement seule, discréditée par l'ensemble des candidats Retards dans les traitements et les acheminements, fonctionnement incompréhensible, interdiction d ...

Lire la suite ...

JEREMY MOREL parmi les BAREAS

JEREMY MOREL parmi les BAREAS Déjà qualifié pour la CAN 2019, le prochain match des BAREA de Madagascar n'a pas un réel enjeu. ...

Lire la suite ...


CHOIX DES LECTEURS

Madagascar : nouvelle base arrière du terrorisme ? France et Etats-Unis s’inquiètent

Madagascar : nouvelle base arrière du terrorisme ? France et Etats-Unis s’inquiètent En plein océan-indien, loin de l’Europe et des Etats-Unis, ancrée face à l’Afrique de l’Est ...
Lire la suite ...

Antananarivo fahiny, Un bond en arrière pour rêver de l'avenir

Antananarivo fahiny, Un bond en arrière pour rêver de l'avenir Depuis l'indépendance en 1960, Madagascar na cessé de reculer.

Presque toutes l ...
Lire la suite ...

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache Originaire de Madagascar, et habitant Avignon depuis des années, c'est toujours avec un dépaysemen ...
Lire la suite ...

Zapping photo web de la semaine du 23/01/2016

Zapping photo web de la semaine du 23/01/2016 Une compilation des photos postées par les internautes durant la semaine.

...
Lire la suite ...

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache (2eme partie)

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache (2eme partie) Avant la clôture de ce festival, et à la demande de beaucoup de personnes, je vous mets ...
Lire la suite ...

Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses.

Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses. Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses.
< ...
Lire la suite ...