panier
ETROPIQUE, 1er site de partage d'informations sur Madagascar, lieu de rencontre entre vendeurs et acheteurs du made in Madagascar ( 0 )
26/09/2016      Visites (901)     voter Je note(216)    facebook google+

Trafic de bois de rose : ultime avertissement pour Madagascar


madagascar-Trafic de bois de rose : ultime avertissement pour Madagascar
Le couperet était prêt à tomber avant que les autorités malgaches ne parviennent à arracher un ultime répit de trois mois. Vendredi 23 septembre, le Comité permanent de la Convention sur le commerce international d’espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES) réuni à Johannesburg, a accordé au gouvernement jusqu’à la fin de l’année pour qu’il apporte des gages tangibles de son action contre le trafic de bois de rose. Faute de quoi, il pourrait décider une suspension totale du commerce des espèces protégées de la Grande Ile. Concrètement, cela signifie que le pays aura interdiction d’exporter une centaine d’espèces parmi lesquelles figurent crocodiles, pythons, caméléons, orchidées et quelques lémuriens, autant d’icônes de ce hotspot de la biodiversité planétaire.

Lire aussi : Bolabola, le bois qui saigne

« Je suis soulagée. La bataille a été difficile mais nous avons pu dissuader la CITES de prendre cette sanction qui aurait été très dommageable pour l’économie de Madagascar et pour sa stabilité politique », a déclaré au Monde Afrique Johanita Ndahimanjara, la ministre de l’environnement présente à Johannesburg pour plaider la cause de son pays. L’Afrique du Sud, le Botswana et le Koweït, au nom de l’Asie, ont soutenu son appel à la clémence.
Meubles luxueux

« La suspension de commerce » : est l’arme ultime dont dispose l’organisation internationale pour condamner un pays qui, par son inaction ou sa complicité, participe à la destruction de la biodiversité. Et dans le cas présent à la disparition de plusieurs espèces de bois de rose et d’ébène pillées jusque dans les aires protégées pour alimenter un juteux trafic à destination de la Chine, où ces essences précieuses sont transformées en meubles luxueux pour élites enrichies. Sur les 183 pays membres de la CITES, une dizaine de pays figure actuellement sur cette liste noire parmi lesquels l’Afghanistan, la Mauritanie, la Guinée, le Lesotho…

Avant d’envisager cette sanction extrême contre Madagascar, la CITES a déployé pendant trois ans tout l’arsenal à sa disposition. Du « simple » embargo sur les exportations de bois de rose imposé au gouvernement malgache à l’obligation pour les autres Etats de faire barrage à ce bois illégal. Sous peine d’être à leur tour jugés complices. Rien n’y a fait. Le bâton pas davantage que la carotte – Madagascar a reçu des millions de dollars pour lutter contre la contrebande – ne sont parvenus à faire poindre la moindre lueur d’espoir. Les rondins continuent de prendre la mer à la vue et au su d’un Etat déliquescent qui s’est pourtant engagé avec le soutien de plusieurs bailleurs à mettre en œuvre un « plan d’action » pour stopper le trafic.
« Aucun baron du bois de rose n’a jamais été condamné », l’ONG américaine Environmental Investigation Agency

Depuis 2010, année de la première loi nationale interdisant le commerce de bois de rose après la grande saignée observée sous le gouvernement de transition d’Andry Rajoelina, Madagascar a accumulé les textes législatifs censés donner des gages de sa bonne volonté. En décembre 2015, la création d’un tribunal spécial a été votée par l’Assemblée nationale avec le pouvoir de condamner les coupeurs de bois à une peine de dix ans de prison et les commanditaires et les exportateurs à une peine de vingt ans.

Face à cet échafaudage législatif, le bilan judiciaire traduit la réalité sans fard : au cours des dix dernières années, seules quarante infractions sur le commerce de bois de rose ont été constatées. Six condamnations ont été prononcées assorties de peines d’au maximum deux ans de prison et d’amendes qui, au total, ont atteint 440 280 millions de dollars sur un trafic qui en a rapporté des milliards. « L’absence de poursuites et de condamnations a de quoi inquiéter lorsque l’on connaît l’ampleur du trafic, écrit le secrétariat de la CITES dans la note de six pages présentée à Johannesburg pour justifier sa demande de nouvelles sanctions. Aucune enquête ni procédure judiciaire ne sont en cours qui pourraient déboucher sur des sanctions contre les suspects impliqués dans le trafic ».

Lire aussi : Madagascar continue de fermer les yeux sur le trafic du bois de rose

« Aucun baron n’a jamais été poursuivi », renchérit Environmental Investigation Agency (EIA) qui a été l’une des premières ONG internationales à dénoncer cette criminalité environnementale à grande échelle.

Mercredi, soit deux jours avant la réunion de la CITES à Johannesburg, un coup de filet du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a permis l’inculpation de vingt-quatre personnes, dont un ancien chef de région, un inspecteur des douanes et des fonctionnaires du ministère de l’environnement pour tentative d’exportation de douze containers de bois de rose dans la région de Toliara, fin 2015. La presse locale s’en est fait un large écho, mais l’opération n’a pas impressionné les experts de la CITES. « Ils imaginent peut-être qu’il suffit d’une opération de dernière minute pour nous convaincre qu’ils agissent », tranche l’un deux.
Plus de 3 300 tonnes de bois saisis à Singapour

L’organisation, dont le siège est basé à Genève, s’intéresse en revanche de près à une opération d’une tout autre envergure. « Le secrétariat a eu connaissance que le gouvernement de Madagascar a refusé début 2016 de témoigner devant la justice pour clarifier le statut de 3 372 tonnes de bois de rose saisis par Singapour en mars 2014 », peut-on lire parmi la longue liste de critiques formulées contre les autorités malgaches.

Il s’agit de la plus grosse saisie jamais réalisée à l’étranger, d’une valeur de 50 millions de dollars (44,5 millions d’euros). Singapour, qui est membre de la CITES, avait intercepté la cargaison en transit et inculpé l’acquéreur chinois, Kong Hoo. L’affaire devient ensuite assez rocambolesque et en dit long sur l’implication des plus hautes personnalités de l’Etat malgache. En janvier 2015, le ministre de l’environnement, Antelme Ramparany avait envoyé à Singapour un courriel assurant de « l’authenticité des documents » présentés pour justifier l’exportation de ce bois. Avant que, en février 2016, le nouveau premier ministre, Jean Ravelonarivo ne désavoue M. Ramparany en assurant que la transaction violait les règles de la CITES et les lois nationales et en invitant le tribunal « à utiliser sa lettre (…) pour défendre les intérêts de Madagascar », selon les termes du courrier dont Le Monde a pris connaissance. Malheureusement, cette lettre est arrivée trop tard pour être prise en compte par la justice qui a dû acquitter l’entreprise chinoise.
Mafia qui gangrène le pays

M. Ravelonarivo a, dans la foulée, perdu son poste et, depuis, Madagascar fait la sourde oreille aux demandes de Singapour, où le procès se poursuit en appel. Vendredi, la ministre de l’environnement, Johanita Ndahimanjara assurait au Monde Afrique que « cette cargaison était bien illégale » et que « Madagascar répondra aux demandes de la justice ».

Si, à Johannesburg, la ministre a sauvé son pays d’un nouvel opprobre, elle n’a en revanche pas obtenu l’autorisation de vendre les stocks de bois de rose saisis sur le sol malgache au cours des dernières années : 28 582 grumes entreposées sur 80 sites à travers l’île d’une valeur estimée à 11 millions de dollars. Ils ne sont que la toute petite partie émergée du butin accumulé par la mafia qui gangrène ce pays parmi les plus pauvres du monde. De l’aveu même du gouvernement, 2 millions de troncs seraient dissimulés dans les forêts et le long des plages.

Source: Le Monde


 

COMMENTAIRES


Ajouter un commentaire (Vous avez besoin d'avoir un compte pour participer, c'est un pseudonyme à la volée, de votre choix, qui sera visible, jamais votre email )
Votre nom :
Votre commentaire :





Souhaitez-vous PUBLIER UN ARTICLE SUR ETROPIQUE ? C'est simple et gratuit.


Il suffit d'être inscrit en tant qu'UTILISATEUR sur ce site et soumettre vos articles, opinions, ou tout simplement partager des informations.




A LA UNE

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy?

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy? Maintenant que le président Rajoelina est en place, il va mettre en place l'IEM, son programme, ce sondage est destiné aux internautes pour savoir ce qu'ils en pensent, en répondant à la gnostique suivante: ...

Lire la suite ...


FIL D'ACTUALITES

Sondage : Quel est votre opinion sur la gestion de l’élection présidentielle par NTSAY Christian ?

Sondage : Quel est votre opinion sur la gestion de l’élection présidentielle  par NTSAY Christian ? Ntsay Christian est reconduit par le président Rajoelina à la tête de son gouver ...

Lire la suite ...

Un produit presque Malagasy qu'on trouve massivement, partout dans le monde

Un produit  presque Malagasy qu'on trouve massivement, partout dans le monde Sur la photo qui illustre cette article se trouve des sachets de nouilles, avec des slogans et un mo ...

Lire la suite ...

LOGICIEL GRATUIT DE SONDAGE

LOGICIEL GRATUIT DE SONDAGE Après une expérimentation concluante lors de l'élection présidentielle, nous mettons à la dispo ...

Lire la suite ...

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy?

Sondage: au bout de combien de temps, l’effet de l’IEM serait ressenti par la population malagasy? Maintenant que le président Rajoelina est en place, il va mettre en place l'IEM, son programme, ce ...

Lire la suite ...

Quel défi pour le nouveau président ?

Quel  défi pour le nouveau président ? La HCC a validé ce 08 Janvier 2019 la victoire de Andry RAJOELINA.


Aya ...

Lire la suite ...

Fihavanana (Compromis) , l’hypocrisie qui ronge Madagascar

Fihavanana (Compromis) , l’hypocrisie qui ronge Madagascar Le COMPROMIS, est souvent la solution prisée pour résoudre les problèmes de Madagascar.
...

Lire la suite ...

MERCI COACH

MERCI COACH Au bout de 20 ans sur les bancs d'Yzeure, Nicolas Dupuis fait grimper ce petit club français de la ...

Lire la suite ...

La CENI est définitivement seule, discréditée par l'ensemble des candidats

La CENI est définitivement seule, discréditée par l'ensemble des candidats Retards dans les traitements et les acheminements, fonctionnement incompréhensible, interdiction d ...

Lire la suite ...

JEREMY MOREL parmi les BAREAS

JEREMY MOREL parmi les BAREAS Déjà qualifié pour la CAN 2019, le prochain match des BAREA de Madagascar n'a pas un réel enjeu. ...

Lire la suite ...


CHOIX DES LECTEURS

Madagascar : nouvelle base arrière du terrorisme ? France et Etats-Unis s’inquiètent

Madagascar : nouvelle base arrière du terrorisme ? France et Etats-Unis s’inquiètent En plein océan-indien, loin de l’Europe et des Etats-Unis, ancrée face à l’Afrique de l’Est ...
Lire la suite ...

Antananarivo fahiny, Un bond en arrière pour rêver de l'avenir

Antananarivo fahiny, Un bond en arrière pour rêver de l'avenir Depuis l'indépendance en 1960, Madagascar na cessé de reculer.

Presque toutes l ...
Lire la suite ...

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache Originaire de Madagascar, et habitant Avignon depuis des années, c'est toujours avec un dépaysemen ...
Lire la suite ...

Zapping photo web de la semaine du 23/01/2016

Zapping photo web de la semaine du 23/01/2016 Une compilation des photos postées par les internautes durant la semaine.

...
Lire la suite ...

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache (2eme partie)

Festival d'Avignon 2015, raconté en images par un malgache (2eme partie) Avant la clôture de ce festival, et à la demande de beaucoup de personnes, je vous mets ...
Lire la suite ...

Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses.

Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses. Le concert de Malagasy Rock Session à Montpellier a tenu toutes ses promesses.
< ...
Lire la suite ...